En avant Marx

Par Marina Garrisi

Dans En avant Marx ! on parle de Marx, bien sûr, mais aussi des marxistes qui ont fait vivre ses idées et ses combats après lui. Pour ce faire, j’ai la chance de recevoir des philosophes, des historiennes et des historiens, mais aussi des militantes et des militants. Voir plus

Dans nos entretiens nous travaillons toujours à partir de textes ou de concepts. Nous cherchons à produire des lectures exigeantes mais pédagogiques et, surtout, politiques. Nous débattons et nous ne sommes pas toujours d’accord car il existe et a toujours existé différentes interprétations de Marx et du marxisme. Ces différentes lectures ont d’ailleurs donné lieu à une série de controverses qui ont traversé et qui continuent d’irriguer le mouvement ouvrier et sur lesquelles nous auront aussi l’occasion de revenir.

Bref, ici l’idée n’est pas de parler entre spécialistes pour des spécialistes, mais, au contraire, de rendre accessibles des outils théoriques et politiques pour alimenter nos combats d’aujourd’hui !

S’abonner sur

Spectre – En avant Marx
#1

Le jeune Marx

Par Marina Garrisi, Isabelle Garo ET Michael Löwy

Dans ce premier épisode, on s’intéresse au parcours de Marx des années 1840 à 1844, après son arrivée dans le Paris révolutionnaire. On y découvre que ce jeune rhénan en colère n’est pas né marxiste et on retrace son itinéraire, depuis ses positions démocratiques mais réformistes alors qu’il est à la tête de la Gazette Rhénane (un journal d’opposition libérale), à son appel à une « révolution radicale » pour l’Allemagne et à sa première évocation du prolétariat. Voir plus

Depuis qu’il a été « découvert » dans les années 1930, le Jeune Marx est au cœur de débats enflammés : adoré par certains, regardé avec méfiance par d’autres, c’est peu dire qu’il ne laisse personne indifférent. La lecture proposée par Isabelle Garo et Michael Löwy a l’avantage de redonner toute sa place au Jeune Marx et de montrer qu’il n’existe non pas une coupure mais à la fois des ruptures, des crises, et des éléments de continuité. Sortir ainsi le Jeune Marx du débat classique qui l’oppose à un Marx de la maturité s’avère une aventure aussi passionnante qu’instructive.

Pour cela il faut retracer son parcours intellectuel et politique. On évoque ainsi sa première jeunesse, sa découverte de la philosophie hégélienne et l’abandon de ses ambitions littéraires, son expérience comme directeur de publication à la Gazette Rhénane et le rôle joué par la presse dans le mouvement d’opposition en Prusse, ses premières amitiés et ses premières ruptures, l’expérience de la répression et le passage à la révolution, le début de l’exil, son premier règlement de comptes avec Hegel, son arrivée à Paris, sa première formulation du rôle assigné au prolétariat dans la révolution à venir, et bien d’autres.

Tout au long de ce voyage, Isabelle Garo et Michael Löwy nous invitent à voir que les questions qui motivent et stimulent le travail théorique de Marx sont d’abord des questions politiques : comment penser l’opposition à l’État prussien et aux forces réactionnaires ? Quel rôle peut jouer la philosophie critique dans ce combat ? Quelle classe peut jouer un rôle révolutionnaire en Allemagne ? Et, enfin, quel est le contenu de la révolution à venir en Allemagne ?

On y découvre, finalement, que le « passage » de Marx à la révolution n’était ni le résultat d’une histoire écrite d’avance, ni le fruit du hasard, mais qu’il est bien plutôt le fruit de nombreuses crises et bifurcations. Si la séquence étudiée est particulièrement courte – quelques années et notamment la période de 1842 à 1844 – elle n’en est que plus riche et intense : l’épisode fait apparaître le cheminement même de Marx, et dévoile derrière ses crises et ses choix, le moteur proprement politique de sa démarche.